Holala !!! Je suis l'invitée coup de cœur de la semaine sur le blog de Haliotis

Dominique de la boutique Haliotis vient de me choisir comme coup de cœur de la semaine sur son blog de bijoux tout en légèreté, de déco et tutoriels pour les amoureux de la nature. N'hésitez pas à lui rendre visite ici sur son blog :  Haliotis ou ici sur sa boutique en ligne : Haliotis boutique.

Et je me fait le plaisir de reprendre sa page ci-dessous :

Chantal Bossard conçoit et réalise des carnets : carnets de voyage, carnets de note, livres de bord. Autant d’œuvres uniques inspirées par la découverte de manuscrits anciens dans des petits conservatoires ou des musées du Maghreb et du Proche Orient. Des manuscrits marqués par la traversée des siècles. C'est cette patine des âges que Chantal transmet à ses carnets.


Carnet dans son étui.


“Je veux que la personne qui les touche ressente une émotion. J'aime qu'on les touche, pour ressentir cela. J'utilise beaucoup 
de matériaux de récupération que j'intègre dans l'épaisseur de la couverture comme des trésors à demi cachés, et j'y apporte ensuite un jeu de calligraphies, d'arabesques, de volutes afin que chacun d'eux ait son identité, simple et complexe à la fois.”

A côté des carnets, Chantal créé des bijoux, des pièces uniques où les matières s'assemblent et se conjuguent pour évoquer les rêves de voyages dans les pays de peuples nomades. Comme avec les carnets, elle leur donne une âme. Les réminiscences de l'origine et de l'âme d'un peuple.

Collier "Lune ruisselante".


Et puis, il y a aussi les tableaux, comme ici, avec ses “lettres du désert”. Des extraits de ses carnets de voyage manuscrits à la plume et mis en scène sur des papiers vieillis avec toujours cette recherche de la patine du temps passé.

Tableaux " Lettres du désert"  


Ses créations ont toutes un lien plus ou moins direct avec ses voyages à pied dans le Sahara, là où elle a découvert ses Chemins de sable. Des voyages réalisés alors qu'elle travaillait encore dans une agence de publicité. Ce sont ces voyages dans les pays de sable puis une rencontre liée à l’écriture qui l'ont conduit dans un petit village du Sud des Cévennes où elle a installé son atelier en 2007.

“J'y partage mes journées entre des activités associatives pour mettre en valeur mon village et les artistes qui y vivent… les petits soins au jardin, un espace qui compte beaucoup pour mon bien-être… quelques caresses à ma petite chienne Mika, un amour de tendresse… et bien sûr, la création indispensable à mon équilibre.”

Il faut dire qu'elle est tombée dedans toute petite et qu'elle a toujours eu le besoin d'inventer et de fabriquer.

A l'adolescence, l'Afrique a commencé à la fasciner et s'il a fallu attendre un bon nombre d'années avant qu'elle n'y pose le pied, la rencontre avec ces horizons infinis a été déterminante pour ses inspirations.


“De mes voyages dans ces pays de sable, je me souviens des longues marches durant des heures sous le feu du soleil. Souvent, je suivais la crête ondulée des dunes, et lorsque je froissais cet ourlet si délicat, je savais que le vent viendrait redessiner le paysage sans attendre.


J'ai aimé me réveiller les matins sur la dune encore froide pour découvrir les traces du petit peuple qui était passé là durant les heures de la nuit, des scarabées, des gerboises, une couleuvre. 
Un sable lisse avec juste ces empreintes racontant l'histoire de la nuit avant de s'effacer quelques heures plus tard dans le souffle du vent.


Je me souviens d’une nuit sans nul doute bien plus extraordinaire que toutes les autres. Juste avant de m’endormir, le faisceau de ma lampe frontale avait croisé le regard furtif d’un fennec qui passait sur le rocher à deux mètres à peine de mon bivouac.Je ne sais pas si j’ai préféré cette incroyable et fascinante vision malgré sa fugacité ou, quelques huit ou neuf heures plus tard, la découverte des empreintes du même animal tout autour de mon duvet. Il m’avait approchée au plus près qu’il était possible. Il avait sans doute fait une pause pour venir respirer mon souffle. J'avais bien conscience ce matin-là que sa présence était d'abord motivée par la recherche de nourriture mais une telle visite, même dans mon sommeil était pour moi comme un grand honneur. La vie sauvage était venue à ma rencontre.”


Ce sont toutes ces empreintes, ces dentelles dessinées par le petit peuple des sables qui ont inspiré Chantal pour choisir le nom de sa boutique : “Chemins de sable” … une évidence.

Aujourd'hui, quand elle crée ses bijoux, ses carnets et livres d'artistes, ses peintures, on y retrouve toujours un peu ou beaucoup de cet esprit nomade qui la nourrit et qu'elle a plaisir à partager.

Ses matières de prédilection sont plutôt naturelles, papier, tissu, soie, lin, chanvre, sable, pierre… et beaucoup de matériaux de récupération.

De la récup parfois insolite … comme ici avec ses tongs vagabondes.

Tongs vagabondes


”Après avoir porté leur propriétaire sur le bitume des grandes villes, la poussière des chemins de terre ou les sables de bord de mer, ces tongs ont cru finir leur vie dans le plastique dur et froid d’une poubelle mais c’est vers d’autres voyages que je les ai invitées pour les faire vagabondes messagères.”

Certaines d’entre-elles, affranchies comme il se doit, ont été confiées à la bonne volonté des employés de la poste qui en ont pris le plus grand soin puisqu'elles sont arrivées entières dans la boîte à lettre de leur destinataire !

Elle vend ses créations grâce à internet mais aussi dans des expositions ponctuelles, des petits salons de créateurs et lors de week-ends de portes ouvertes d'ateliers d'artistes.

Écrire commentaire

Commentaires : 0